La réforme territoriale en débat

La RERU lance un blog pour alimenter le débat sur la réforme en cours. Pour publier un article sur le blog, envoyez le à l'adresse RERU@asrdlf.org

07 juillet 2016 ~ 0 Commentaire

Remerciements et fin du blog

Nous souhaitons remercier vivement toutes les personnes qui ont contribué de près ou de loin à ce blog, qu’il s’agisse des rédacteurs comme des commentateurs de ces articles.

Ce blog d’une grande richesse et d’une ouverture d’esprit a permis, nous l’espérons, de faire avancer le débat sur la réforme territoriale.

Il est maintenant temps de le fermer. Aussi, nous informons nos internautes qu’il ne sera plus mis à jour.

Encore merci pour cette aventure

 

André Torre & Sébastien Bourdin

28 décembre 2015 ~ 1 Commentaire

SORTIE DE L’OUVRAGE « BIG BANG TERRITORIAL »

André Torre et Sébastien Bourdin sont heureux de vous annoncer la sortie de l’ouvrage Big Bang Territorial, la réforme des régions en débat.

Ils tiennent à remercier les contributeurs et également les lecteurs !

Téléchargez l’introduction du livre ici : https://www.researchgate.net/publication/286732395_Big_Bang_Territorial_La_reforme_des_Regions_en_debat

L’ebook Big Bang Territorial est disponible en ligne aux adresses suivantes :

- sur l’ebookstore Armand Colin : http://numerique.armand-colin.com/638688/Big-Bang-Territorial.ebook

- sur Amazon : http://www.amazon.fr/Big-Bang-Territorial-r%C3%A9forme-r%C3%A9gions-ebook/dp/B0193818XW/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1449582482&sr=8-2&keywords=big+bang+territorial

- sur Kobo : https://store.kobobooks.com/fr-fr/ebook/big-bang-territorial

- sur Numilog : http://www.numilog.com/638688/Big-Bang-Territorial.ebook

Autonomie des régions, économies budgétaires, renouvellement de l’organisation territoriale, décentralisation, recompositions régionales, amélioration de la proximité avec les habitants… La réforme territoriale propose une réorganisation des territoires s’appuyant sur une réduction et un remaniement du périmètre des régions ainsi que des transferts de compétences, prélude à des changements encore plus importants en matière d’affaiblissement de la place des départements. Loin de faire l’unanimité, elle soulève de nombreuses questions, sur la façon dont elle a été pensée et menée comme sur les objectifs attendus.
Quelle légitimité des nouveaux périmètres régionaux ? Quels rôles et quelles fonctions des nouvelles Régions ? Comment mieux articuler les différentes couches du millefeuille territorial ? Comment (re)penser les projets de territoires de demain ? Quelles réformes dans les autres pays ? Durant plus d’un an, des chercheurs, spécialistes en Géographie, Aménagement du territoire, Economie Régionale, Marketing territorial…. ainsi que quelques acteurs de terrain, se sont penchés sur la réforme et ses évolutions. Au moment où se profilent les élections régionales de Décembre 2015, qui marqueront le passage à la nouvelle organisation territoriale de la France, nous vous invitons à prendre connaissance de leurs apports, afin d’éclairer le débat démocratique et pour mieux comprendre les enjeux, les attentes et les risques des élections à venir.

Torre-couv-BAT

31 octobre 2015 ~ 1 Commentaire

Jean Renard | Quelle(s) métropole(s) pour l’Ouest ?

Nantes Rennes : concurrentes ou complémentaires ?

La véritable question quant à  la reconnaissance de Nantes comme la grande et seule métropole de l’Ouest  est la présence à proximité de Rennes qui entend jouer aussi son rôle et veut se faire reconnaître en tant que métropole.  Nous ne sommes pas dans la situation de Toulouse ou de Bordeaux qui n’ont pas de rivales susceptibles de leur faire de l’ombre  et de leur disputer la suprématie. Du fait de l’histoire et des fonctions attribuées à Rennes s’est instaurée une réelle concurrence entre les deux villes. Certes la hiérarchie urbaine en nombre d’habitants et l’examen des fonctions exercées par les deux villes  sont en faveur de Nantes, mais les dynamiques démographiques sont voisines et Rennes conserve l’avantage dans le domaine universitaire. La preuve en est dans la mise en place de la nouvelle université de nature fédéraliste qui doit regrouper l’ensemble des sites d’enseignement supérieur et de la recherche des deux régions, elle aura son siège à Rennes.

Longtemps les deux villes se sont tournées le dos. Lors des rares rencontres entre élus ceux ci  se réunissaient volontiers à mi-chemin des deux villes, à Derval ou à Bain-de-Bretagne, et ce encore dans les années 1970 ! Désormais on se regarde, on s’évalue, on se  mesure, mais on collabore peu.

Capture1Tableau comparatif des populations et des dynamiques démographiques récentes des deux agglomérations de Nantes et Rennes

 

Capture2Quelques indicateurs des dynamiques respectives de Nantes et Rennes

Ceci étant nombre de statistiques permettant de définir les fonctions métropolitaines sont délicates à comparer du fait de l’usage de territoires d’analyse différents par les services techniques des villes. Ainsi selon que l’on compare les communautés urbaines, les aires urbaines ou les zones d’emploi, les données  obtenues peuvent conduire à des classements différents entre les métropoles. Ainsi la zone d’emploi de Rennes est largement plus grande que son aire urbaine, ce qui n’est pas le cas à Nantes du fait de la présence de la zone d’emploi de Saint-Nazaire.

Concurrentes ou complémentaires les deux agglomérations de Nantes et de Rennes ont une dynamique positive voisine, et l’une n’écrase pas l’autre, chacune ayant ses domaines de prédilection, même si Nantes dispose, surtout avec l’estuaire et Saint-Nazaire, d’un poids démographique et d’un tissu industriel nettement plus importants, tandis que Rennes conserve un rôle universitaire prééminent.

Les trois scénarios quant à la place de Nantes dans l’Ouest.

Trois solutions s’offraient aux élus quant à la réorganisation des territoires puisque les populations ne sont pas consultées pour donner leurs avis. Rappelons que nos législateurs ont refusé toute modification des périmètres des régions existantes et interdit le transfert d’un département d’une région à une autre. Ce refus ne permettait pas d’exaucer le vœu des partisans du rattachement de la Loire-Atlantique à la province historique bretonne, ou de ceux du retour de la Vendée dans son Poitou d’origine. Aussi ne reste que trois solutions, chacune peut être définie par un mot : immobilisme,  raison, utopie.

-          Immobilisme, on joue petit bras et on reproduit le découpage d’hier entre régions, départements et communautés de commune. Dans l’Ouest rien ne change et rien ne bouge.  C’est la solution qui a été choisie. Elle évite la question d’une nouvelle  capitale unique. Elle évacue la réalité de la hiérarchie urbaine. Elle justifie le maintien de Rennes comme capitale régionale et la promeut comme métropole. Ce qu’elle n’était pas jadis dans le choix des métropoles d’équilibre des années 1960, et naguère dans le classement des villes européennes du Gip Reclus de 1990. Ce choix ne fait qu’exacerber les concurrences entre les deux villes en dépit d’une volonté affichée de collaboration et de complémentarité. La réalisation prochaine de la LGV Paris Rennes, et les retards ou le rejet de la réalisation de l’aéroport de Notre-Dame-des-landes ne font qu’ajouter aux problèmes des relations entre les deux villes. Le seul changement, on donne à Brest le statut de métropole, en tenant simplement compte de la population de son aire urbaine. Pourquoi Brest à l’ouest et pas Toulon dans le sud ?

-          La raison, soutenue par un grand nombre d’élus des pays de la Loire et un certain nombre de bretons, aurait été d’accepter l’idée d’une fusion des régions, à deux ou à trois, et en profiter pour redéfinir les rôles des départements, pouvant aller jusqu’à leur pure et simple disparition, et accompagner ce « big bang » de la promotion des pays, tels qu’ils ont été reconnus depuis longtemps en Bretagne (des le années 1950 par le CELIB) plutôt que des communautés de communes souvent trop étriquées, et aux périmètres purement administratifs, pour résister à l’effet de métropolisation. En Pays de la Loire les pays ont également une réelle consistance historique et une identité reconnue. Une association entre les pays et la région aurait permis une simplification des strates administratives, et elle induisait sans doute à terme la disparition des départements. La hiérarchie urbaine de l’Ouest de type christallérien jouait en faveur de ce type d’organisation. Elle a été illustrée dans la thèse de Valérie Jousseaume ( L’ombre d’une métropole, PUR, 1998).

-          L’utopie aurait consisté à faire de la métropole nantaise le pivot des territoires de l’Ouest en redéfinissant son rôle de porte océane, de lui retrouver son double visage, à la fois bretonne et ligérienne, ce au service d’un Grand Ouest dont elle serait, non pas la capitale, mais à l’instar de Brême ou de Hambourg une ville de type hanséatique, entourée par une vaste région armoricaine dont chaque sous-ensemble aurait sa propre capitale relais (Rennes, Angers et Poitiers). C’est l’idée exposée et défendue par le géographe Alain Chauvet, reprenant peu ou prou les analyses d’André Siegfried et de Julien Gracq. Elle fait de Nantes le pivot, la charnière, l’axe, rayonnant sur l’ensemble de l’Ouest, à la fois bretonne et ligérienne.

Une telle configuration a ses partisans et sa logique. Elle était défendue dans les années 1970 par Paul Delouvrier avec la création de l’association Ouest-Atlantique. Elle permet d’afficher Nantes face à sa rivale qu’est Bordeaux, cette dernière étant désormais à la tête d’un très vaste territoire dont aucune autre ville ne lui dispute la primauté. Elle répond à la hiérarchie urbaine héritée et se justifie par les nouvelles fonctions, statut et nature de Nantes. Elle fait de Nantes la seule métropole incontestée de l’Ouest. Encore faudrait-il que les grands élus de l’Ouest en prennent conscience. Nous en sommes loin à lire leurs déclarations !

Conclusion

Nantes a changé de nature, de statut, d’image. Il faut en prendre acte et lui donner un rôle nouveau dans l’articulation des territoires de l’ouest de la France. Sa quête métropolitaine est en cours d’achèvement. Seules les dimensions à l’international et universitaire sont encore insuffisantes. Il faut porter les efforts sur ces deux fonctions. Il n’en reste pas moins que son éternelle rivale historique qu’est Rennes constitue un obstacle et problème à sa pleine reconnaissance. Les représentations liées à l’histoire pèsent encore. Il n’empêche, désormais la métropole nantaise, avec ses trois territoires emboîtés que sont la communauté urbaine, l’estuaire industriel et la façade maritime, balnéaire et de retraite, forme un tout et un ensemble de près d’un million d’habitants. En outre elle rayonne désormais sur les bocages vendéens et les Mauges dont le tissu industriel est désormais associé aux grands donneurs d’ordre que sont Airbus et les chantiers navals. L’ancien système productif localisé du choletais reposant sur la chaussure et la confection, isolé et tournant le dos à l’estuaire n’est plus.

Il faut prendre en compte ces nouvelles dimensions territoriales et économiques. A tout le moins donner à cet ensemble une gouvernance commune seule à même de justifier le statut de métropole. Ce qui pose, chemin faisant, l’avenir du département de Loire-Atlantique dont les limites géographiques tendent à se fondre dans une aire urbaine nantaise en expansion continue et qui déborde même au sud sur les départements voisins.

Reste à savoir si les élus sont prêts à reconnaître ce que les populations ont déjà acté dans leur espace de vie du quotidien.

 

Jean Renard, Professeur émérite des Universités, UMR ESO

9782753505858FS

28 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

Gwénaël Doré | Relèvement du seuil de population des intercommunalités et nécessité d’instances de coordination des projets inter-communautaires

Le seuil de 15 000 habitants pour les intercommunalités

Selon la loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) du 7 août 2015 (article 33), les intercommunalités devront désormais compter un minimum de 15 000 habitants, sauf des exceptions essentiellement liées à la densité de population :

-          EPCI (Etablissement Public de Coopération Intercommunale) à la densité démographique inférieure à 50% de la densité nationale au sein des départements ayant une densité démographique inférieure à la densité nationale,

-          EPCI à la densité démographique inférieure à 30 % de la densité nationale,

-          EPCI incluant  » une majorité de communes situées en zone de montagne « .

Par ailleurs, une dérogation est prévue en faveur des EPCI de plus de 12 000 habitants, issus d’une fusion intervenue entre le 1er janvier 2012 et le 7 août 2015, afin de laisser un temps de repos aux élus dans leur apprentissage de la coopération. Dans tous les cas, aucun EPCI ne pourra comprendre moins de 5 000 habitants, seuil déjà prescrit par la loi RCT (Réforme des Collectivités Territoriales) de décembre 2010.

Selon une simulation réalisée par le Cabinet EDATER[1], seulement environ un tiers (36,5%) des EPCI métropolitains ne seraient pas conformes aux critères imposés par la loi NOTRe et devraint faire évoluer leur périmètre dans le cadre des nouveaux schémas départementaux de coopération intercommunale (SDCI) qui devront être arrêtés avant le 31 mars 2016.

Le nombre de dérogations prévues va faire échapper de nombreux territoires à ce seuil de 15 000 habitants, même si des propositions de Schémas Départementaux de Coopération Intercommunale (SDCI) formulées actuellement par des Préfets[2] prévoient un seuil plus important que 15 000 habitants et tendraient vers la constitution d’intercommunalités XXL  (mais on verra ce qu’il en adviendra lors du vote de ces schémas par les élus réunis au sein des Commissions Départementales de Coopération Intercommunale).

Prendre en compte les questions de gouvernance

Au-delà du nombre d’habitants, il faudrait prendre en considération à notre avis le nombre de communes regroupées pour tenir compte des problèmes de gouvernance liées à un trop grand nombre de communes, à des assemblées communautaires pléthoriques, à une superficie trop importante et à un éloignement des communes et des citoyens. A titre d’exemple, l’ancien ministre J.-P. Chevènement, père de la loi de 1999 sur l’intercommunalité, estime qu’ » une  » interco « , pour fonctionner démocratiquement, ne doit pas comporter plus de trente communes « [3], et C.-E. Lemaignen, président de l’AdCF (Assemblée des Communautés de France), affirme que «  Au-delà d’une cinquantaine de communes, je crains que ne se dégradent la gouvernance de l’intercommunalité, la qualité indispensable des relations humaines entre les élus et l’ancrage dans les réalités municipales  »[4]

Atouts et risques de fusion/absorption dans de grands périmètres « XXL »

Atouts

Risques

Poids Taille, superficie
Capacité financière et fiscale Gouvernance (nombre d’élus communautaires, assemblée communautaire pléthorique, représentation des communes)
Économies d’échelle Possibles lourdeurs de gestion et d’administration
Rationalisation et plus grande qualité des services Problème éventuel de proximité

 

Intérêt d’instances de pilotage stratégique à une échelle large

Cela rend donc par ailleurs toujours nécessaire l’existence d’instances de pilotage de projets stratégiques à une échelle intercommunautaire, tels que les Pays et les Pôles d’Equilibre Territoriaux et Ruraux (PETR) créés par la loi MAPTAM (Modernisation de l’Action Publique Territoriale et d’Affirmation des Métropoles) de janvier 2014[5] pour donner un nouveau support législatif aux Pays qui avaient été introduits par les lois Pasqua de 1995 et Voynet de 1999 et abrogés par la loi RCT (Réforme des Collectivités Territoriales) de décembre 2010.

Ceci rend particulièrement obsolète le Rapport du CGET[6] sur les EPCI, publié en Février 2015, qui dénotait une incompréhension des structures Pays et Pôles[7]. Le rapport du CGET affirmait ainsi (page 3) : « Le lien avec le pays ne semble pas non plus évident. La structuration d’EPCI de taille conséquente, avec des moyens d’action, devrait au contraire permettre de supprimer cet échelon organisationnel du territoire. En effet, si les pays servent d’outils de mise en cohérence dans des régions comme la Bretagne, la carte des pays n’existe pas au niveau national et ne peut donc être utilisée. Cette structuration pourra évidemment aider à constituer les EPCI cohérents et pertinents là où le pays, qu’il soit syndicat mixte, association ou informel, existe et joue un rôle structurant ou de préfiguration ».

On est surpris tout d’abord de l’affirmation rapide du CGET selon laquelle « la carte des pays n’existe pas au niveau national », alors que la carte des Pays existants (reconnus au titre des lois Pasqua et Voynet et figurant sur d’anciens sites internet de la DATAR et de l’Observatoire des Territoires[8]) montre une quasi-couverture du territoire national (continental) à l’exception de l’Ile de France (cf. Panorama des Pays et des Pôles de l’ANPP[9]). Par ailleurs, les Pays servent de mise en cohérence pas seulement en Bretagne mais dans l’ensemble des régions françaises au travers d’une politique de contractualisation territoriale des conseils régionaux, à l’exception du Languedoc Roussillon (abandon de cette politique depuis 2011)[10].

Le rapport du CGET poursuivait (page 10) : « Par ailleurs, la loi Mapam du 27 janvier 2014 a défini les pôles d’équilibre territoriaux et ruraux. Ces nouvelles entités prennent la suite des pôles ruraux (sic, NDLR) et sécurisent les dispositions juridiques permettant leur création et leur fonctionnement. Avec le seuil de 20 000 habitants, de nombreux pays ne seront plus constitués que d’une, voire deux intercommunalités. Le cas du Limousin, certes extrême, illustre bien la situation. 12 pays sur 16 ont moins de 40 000 habitants (dont deux comptant respectivement 18 700 et 9 500 habitants). Comme vu plus haut, sauf cas très particulier de portage d’un SCoT dont le périmètre serait suffisant, cet échelon n’a donc probablement pas vocation à perdurer avec des intercommunalités à fiscalité propre portées au seuil de 20 000 habitants ».

Des Pays et des Pôles souvent encore nécessaires

Or s’agissant de l’avenir, même en se basant sur le seuil de 20 000 habitants initialement proposé dans le projet de loi NOTRe, de nombreux Pays resteront composés de plusieurs intercommunalités. Il y a 342 Pays de plus de 20 000 habitants et 29 de moins de 20 000 habitants (dont 19 de moins de 15 000 habitants), la population d’un Pays ou d’un Pôle territorial s’élève en moyenne à 73 000 habitants (médiane : 66 000 habitants), le nombre moyen de communes est de 84, et 42% des Communautés d’agglomération, urbaines et Métropoles sont impliquées dans un Pays ou Pôle, selon le Panorama des Pôles territoriaux et des Pays 2015 établi par l’Association Nationale des Pôles et des Pays (ANPP)[11]. Ainsi dans le cas du Limousin cité par la note du CGET, sur 16 Pays, si 2 Pays ont moins de 20 000 habitants, 8 ont entre 20 000 et 30 000 habitants, 5 entre 30 000 et 80 000 habitants et 1 a plus de 200 000 habitants. Dès lors que beaucoup d’intercommunalités ne dépasseront pas 15 000 habitants, voire y seront inférieurs, de nombreux Pays ou Pôles d’Equilibre Territoriaux ou Ruraux resteront pertinents.

Là où les Pays fusionneront peu ou prou en une seule intercommunalité (par exemple, proposition actuelle du Préfet de la Manche[12], si elle est validée par les élus…), on peut considérer que le Pays doit être supprimé. Mais dans de tels cas, peut se poser la question de coopération à une échelle plus large que certains actuels Pays trop petits, et  » à leur tour, les EPCI élargis pourront constituer de nouveaux PETR, à une nouvelle échelle, en s’adaptant à la réalité du territoire concerné  » (Message d’A. Vallini, secrétaire d’Etat à la réforme territoriale aux Etats Généraux des Pôles territoriaux et des Pays, Tours, 9 décembre 2014). On est loin par conséquent du postulat du CGET que les Pays et PETR (Pôles d’Equilibre Territoriaux et Ruraux) n’auront plus de rôle du fait de l’élargissement des intercommunalités.

 

Gwénaël Doré, Directeur de Projets, INDL (Institut National du Développement Local)


[2] Cf. AdCF Direct,  » Projets de SDCI : des changements d’échelle parfois radicaux « , 02/10/2015

http://www.adcf.org/institutions-et-pouvoirs-locaux/Projets-de-SDCI-des-changements-d-echelle-parfois-radicaux-2755.html

[3] Interview au journal Paris Normandie, 29/09/2015, consultable sur http://www.chevenement.fr/En-Syrie-il-faut-avoir-une-vision_a1757.html

[4] La Gazette des communes,  » Intercommunalités : vers une vague de mégafusions « , 12/10/2015

http://www.lagazettedescommunes.com/413699/intercommunalites-vers-une-vague-de-megafusions/

[6] CGET,  » La taille des EPCI, un levier d’action pour la politique d’égalité des territoires « , 21/01/2015, http://www.cget.gouv.fr/actualites/taille-epci-levier-daction-politique-degalite-territoires

[7] Déjà la circulaire sur les CPER du 3 décembre 2014 préconisait d’oublier les Pays existants. Pour les CPER 2015-2020, la circulaire CGET du 3/12/2014 prévoit un volet territorial obligatoire mais pas d’obligation de convention territoriale. Le terme de Contrats de Pays est « banni », au nom de la loi RCT de 2010 alors que des assurances avait été données à l’époque pour maintenir les  «  Pays existants  », voire des contrats (lors de la séance d’examen en 1ère lecture à l’Assemblée Nationale le 1er juin 2010, le Ministre de l’espace Rural et de l’aménagement du Territoire, M. Mercier, avait souligné que la possibilité de contractualiser au-delà de la période en cours n’était pas remise en cause, et le Ministre s’était engagé à ce que « les pays, créés sur la base de l’ancien article 22 de la LOADT ou sur une base nouvelle, pourront conclure de nouveaux contrats », et il avait précisé : « le second alinéa de l’article 25 règle le problème des contrats en cours : ils seront exécutés dans les conditions antérieures » et « à échéance de leur contrat, ils pourront conclure de nouveaux contrats »). Aucune référence n’est faite non plus par la circulaire du CGET à la contractualisation possible avec les PETR.

[10] Doré G., 2014, « La contractualisation territoriale des régions françaises », RERU (Revue d’Economie Régionale et Urbaine), juin, 2014/1, étude actualisée dans ARF, ANPP, INDL, La contractualisation territoriale des Régions avec les Pays, janvier 2015

http://www.indl.fr/fileadmin/Collectivites/INDL/documents/PDF/Synthese_Enquete_Contractualisation_01.pdf

[12] Cf. AdCF Direct,  » Projets de SDCI : des changements d’échelle parfois radicaux « , 02/10/2015

http://www.adcf.org/institutions-et-pouvoirs-locaux/Projets-de-SDCI-des-changements-d-echelle-parfois-radicaux-2755.html

27 octobre 2015 ~ 0 Commentaire

Lise Bourdeau-Lepage | Quand des idées reçues mènent une réforme territoriale…

La réforme territoriale que nous connaissons en France a, au cours de ces deux dernières années, fait l’objet de nombreux articles publiés sur des supports variés comme le blog Big bang territorial. De ces écrits et discussions ont émergé un certain nombre de consensus sur le bien-fondé[1] et les effets de cette réorganisation administrative mais également sur la manière dont l’Etat a mené cette réforme. Là n’est pas notre propos. Nous défendons dans cet article l’idée que cette réforme est basée sur plusieurs idées reçues (big est beautiful, la métropole s’institutionnalise, l’intégration régionale est simple et mécanique, la société civile est un élément perturbateur)  et qu’elle risque d’ajouter à une fracture sociale une fracture spatiale.

Big is beautiful

Nous pensons que la même logique a prévalu pour cette réforme territoriale que celle du Grand Paris : recherche de compétitivité et de visibilité internationale. Il s’agissait pour l’Etat, de rendre visibles certains territoires que l’on nomme régions, à l’échelle internationale pour qu’ils soient économiquement plus performants. Deux mots-clefs décrivent cette réforme : visibilité et performances économiques, auxquels nous ajoutons simplification pour nommer le choc de simplification sur lequel nous ne nous étendrons pas.

Il apparaît immédiatement que cette réforme est basée sur une croyance : celle d’un effet taille. Mais quel est cet effet taille, cet effet fabuleux qui rendrait un espace plus compétitif quand il est plus grand ? N’y a-t-il pas une erreur d’appréciation, grand n’est pas mieux ? Poursuivons notre raisonnement. Quel est cet effet formidable ? S’agit-il de ce que l’on nomme les économies d’agglomération et leurs potentielles conséquences positives en termes de développement économique ? Oui bien sûr mais il y a aussi autre chose.

Pour saisir les éléments qui sous-tendent cette réforme, il faut détecter une seconde idée reçue, celle que la métropolisation est forcément positive pour un territoire et produit mécaniquement les effets désirés sur l’espace régional en termes de développement. Par conséquent, cette réforme est basée sur une idée simple, celle d’allier une ville (voire deux grandes villes) que l’on nomme ou non métropole au sens juridique du terme, à une grande région pour que le développement se réalise. Plusieurs erreurs d’appréciation peuvent être relevées dans ce raisonnement.

L’histoire compte

La première est relative au regroupement car cette réforme oublie complétement l’histoire. Selon certains auteurs, comme Gérard-François Dumont (2015), le nouveau découpage ne prend pas suffisamment en compte l’histoire. Mais l’histoire, c’est aussi celle de la politique économique. En effet, il existe et il a existé des processus de mise en concurrence entre les régions. Derrière les 22 régions actuelles, il y a eu des politiques d’attractivité établies et soutenues par les acteurs locaux, des mesures de marketing territorial, l’élaboration d’un récit régional, la mise en place de slogans, des actions de marketing territorial avec la création de marques territoriales comme la marque Bretagne. Pendant plus de 30 ans, une politique de compétitivité a été menée. Les acteurs territoriaux ont rendu visibles les régions françaises à l’échelle internationale en mettant en exergue leurs différences. Or au 1er Janvier 2016, certains de ces espaces devront se regrouper et fonctionner ensemble. La réforme actuelle aboutit donc à des aberrations.

On ne décrète pas qu’une ville est une métropole  

La deuxième erreur d’appréciation est relative à l’institutionnalisation des métropoles. En effet, quand on institutionnalise des métropoles en France, ce ne sont pas des métropoles au sens exact du terme, c’est-à-dire au sens économique des métropoles globales. Il n’existe en France qu’une métropole globale : Paris (Bourdeau-Lepage, 2013), Lyon occupant la 44ème place en Europe si on observe les relations entre firmes de services avancés à l’échelle internationale. L’idée reçue selon laquelle il suffit de décider qu’une ville est une métropole ou de recouper des régions autour d’une (ou deux grandes) ville(s) pour avoir un processus de développement local vertueux au sein de la région à laquelle (ou auxquelles) elle(s) appartien(nen)t, est erronée. Ce n’est pas en instaurant une métropole dans une région que cette dernière va organiser autour d’elle, le développement local. La seule chose à laquelle va parvenir l’Etat, en redessinant les régions et en instaurant des métropoles, est de créer des « baronnies » semblables à celles du Xe siècle car n’oublions pas que le contrôle de l’Etat central est très fort actuellement. Les super préfets de région, la loi LOLF qui a renforcé le pouvoir de l’administration centrale, la nouvelle charte de déconcentration qui donne de nouvelles marges de manœuvre à l’Etat et augmente la capacité d’initiative des services de l’Etat dans la mise en œuvre de la politique publique  (le principe de modularité ; la mutualisation), la conférence nationale de l’administration territoriale (CNAT), en  témoignent. Ce qui nous permet de dire que cette réforme est basée sur une vision jacobine de l’Etat. Mais revenons à l’idée qui sous-tend cette réforme, celle qu’une grande ville nommée ou non métropole (voire deux grandes villes) profiterait de et à son hinterland, et serait porteuse de développement, provoquant une intégration régionale.

De nouveau, nous relevons deux oublis importants dans ce raisonnement. Le premier, est relatif au fait que cette réforme de l’organisation des régions implique une restructuration des transports au niveau régional et pose la question de l’accessibilité à un certain nombre de services. Or si cette restructuration des transports n’est pas menée, l’hypothétique intégration régionale attendue n’aura pas lieu. Le second élément relève du rôle donné à certains espaces. Nous pouvons mettre en exergue est qu’un certain nombre de ces territoires autour de ces métropoles (ou grandes villes), sont vus comme de simple territoires-ressources, sur lesquels les « métropolitains » (habitants et entreprises de l’espace urbanisé) picoreraient des éléments (alimentation, aménités vertes…) en fonction de leur envie. Ceci, selon nous, révèle une vision très urbaine du développement régional, vision peu réaliste comme nous le verrons par la suite. Mais surtout, ces deux erreurs remettent en question un résultat attendu de la réforme, celui d’une intégration plus importante au sein des régions.

Fracture spatiale & fracture sociale

En effet, avec cette réforme, il existe le risque important qu’émerge une fracture spatiale plus marquée, en raison du possible renforcement de l’isolement des périphéries. Cette fracture spatiale sera d’autant plus importante que : 1) l’Etat réduit l’offre de services publics, diminuant mécaniquement leur niveau d’accessibilité à travers la France et que 2) rien n’est fait en matière de transport au niveau régional. Car souvenons-nous que jusqu’à présent, les services publics étaient répartis de manière assez homogène sur le territoire français, l’Etat faisant en sorte qu’ils soient présents sur l’ensemble du territoire. Une question surgit alors : allons-nous vers une fracture spatiale qui serait induite par la perte d’accessibilité aux services publics dans certains territoires. N’oublions pas qu’au cours de ces dernières années, la croissance de la population s’est faite aussi dans les petits bourgs du rural et pas seulement dans le périurbain.

A ce raisonnement s’ajoute une question de pure justice sociale. Nous avons une réforme qui pose d’un côté, la question du spatial, avec l’accessibilité aux services, nous venons de le voir et d’un autre côté, la question du social avec notamment le rôle des départements et de leurs compétences dites de proximité (RSA, APA, PMI…). Ainsi, la réforme territoriale nous amène à nous interroger sur la longévité du modèle social à la française. Rappelons que dernièrement la loi Rebsamen est revenue sur la parité homme-femme dans les entreprises (condition de travail et salaire), sous la pression du patronat.

Une méconnaissance de ce qui se joue dans les territoires

Cette réforme est basée sur une mauvaise perception de ce qui se passe au sein des territoires, notamment ruraux. L’Etat ignore la croissance de la population dans certains bourgs mais aussi et surtout, il néglige la capacité d’innovation de ces territoires. Cette réforme présente une vision macro-sectorielle où le rural et l’urbain rempliraient des fonctions bien délimitées, l’urbain les fonctions de haut niveau (« locomotive du développement ») et le rural les fonctions dites inférieures de production (« qui suivraient »). Or, la réalité est bien plus complexe.

En effet, les territoires ruraux s’organisent. Citons les levées de fonds communs (crowfunding), l’élaboration et la réalisation de projets communs (crowsourcing), les sociétés coopératives et participatives d’ouvriers (SCOP avec les coopératives d’activités et d’emploi : CAE), l’économie sociale et solidaire ou encore l’économie circulaire. Nous sommes face à un processus très complexe avec des habitants qui s’organisent pour résoudre leur problèmes quotidiens et un développement territorial (dont les bases ne sont pas celles édictées par le gouvernement, la réforme ignorant complétement ses processus) émergeant dont les deux caractéristiques sont : 1) l’innovation organisationnelle et 2) un nouveau mode de gouvernance territoriale.

Ainsi, alors que dans certains espaces ruraux, les habitants sont pro-actifs et participent pleinement au développement de leur territoire, cette réforme ne s’appuie pas sur cette force motrice et fait fi de ces processus. L’Etat n’a pas été capable de prendre en compte la complexité des processus de développement et des éléments qui font un territoire. Il a été incapable d’utiliser les ressources en particulier humaines des territoires. Peut-être est-ce lié à sa défiance envers la société civile ? Occasion manquée pour certains ? Episode classique des relations entre l’Etat et la société, pour d’autres ? Une chose est sure c’est le résultat d’une idée reçue, celle que la société civile est un élément perturbateur lorsque l’Etat réforme.

 

Lise Bourdeau-Lepage, Professeur des universités, Université Jean Moulin – Lyon 3, UMR Environnement Ville Société


[1] Certains chercheurs en science régionale considèrent aujourd’hui que cette réforme pourrait être une chance pour les territoires ruraux, notamment André Torre (2014), nous en faisons partie.

 

Références

Bourdeau-Lepage, 2013, Grand Paris : projet pour une métropole globale, RERU, 2013-3, décembre, pp. 403-436.

Dumont G.-F., 2015, Territoires : des lois irréfléchies et inappropriées, Big bang territorial, 6 octobre.

Torre A., 2014, La réforme des régions. Une chance pour le développement territorial ? Big bang territorial, 24 Juillet.

Maquillagesemipermanent |
Villopub |
Pusatplakadf |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Englishman13456
| Playagain
| Atlanta 86